Édito – été 2020

Ma chair et mon cœur sont usés :

ma part, le roc de mon cœur, c’est Dieu pour toujours.

Psaume 72, verset 26.

Les derniers mois que nous venons de vivre n’ont pas été faciles. Pour de nombreux citadins, ils ont mis en lumière l’usure d’un rythme quotidien, parfois effréné, qui laisse peu de place au repos, ou même plus simplement encore à la respiration. Certains font actuellement le choix de retourner vivre à la campagne. D’autres cherchent une manière plus souple de vivre au cœur de la ville.

Le psalmiste, lui aussi, fait l’expérience de l’usure, de la fatigue, du découragement. Il nous invite pourtant à accueillir cette usure comme le lieu d’une grâce. C’est pour le moins paradoxal ! Ce verset du psaume 72 ne nous demande pas de désirer l’usure pour elle-même ; il ne nous propose pas d’être des surhommes, mais simplement de vivre l’usure comme une invitation au renouvellement intérieur, à la contemplation, à la redécouverte du « roc de notre cœur ». L’usure peut devenir alors patine des jours, joie, émerveillement. Le repos peut nous aider à vivre ce chemin. Très bel été, et bon repos à tous !                                                                     Père Thierry Jacoud

Questionnaire

La paroisse propose un questionnaire pour pouvoir relire votre confinement. Vous pouvez le remplir et nous l’envoyer si vous le souhaitez.

Voici le questionnaire