Edito de février 2020

Réécoutons ces mots du Pape François, dans « La joie de l’Evangile » (§ 3), pour que le Carême qui débutera à la fin du mois soit source d’une joyeuse espérance !

« J’invite chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même sa rencontre personnelle avec Jésus-Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par lui, de le chercher chaque jour sans cesse. Il n’y a pas de motif pour lequel quelqu’un puisse penser que cette invitation n’est pas pour lui, parce que « personne n’est exclu de la joie que nous apporte le Seigneur ». Celui qui risque, le Seigneur ne le déçoit pas, et quand quelqu’un fait un petit pas vers Jésus, il découvre que celui-ci attendait déjà sa venue à bras ouverts. C’est le moment pour dire à Jésus-Christ : « Seigneur, je me suis laissé tromper, de mille manières j’ai fui ton amour, cependant j’ai besoin de toi ». Cela nous fait tant de bien de revenir à lui quand nous nous sommes perdus ! (…) Personne ne pourra nous enlever la dignité que nous confère cet amour infini et inébranlable. Il nous permet de relever la tête et de recommencer, avec une tendresse qui ne nous déçoit jamais et qui peut toujours nous rendre la joie. Ne fuyons pas la résurrection de Jésus. Rien ne peut davantage que sa vie qui nous pousse en avant ! »

Bon carême à tous !

Père Thierry Jacoud